Pour cette deuxième interview nous avons eu la chance de rencontrer Helena Mendes, fondatrice de la marque de cosmétiques Vegan Mawena. Même si rien ne la destinait à entreprendre elle a su concrétiser ce magnifique projet. Voici ses confidences…

Elle nous fait l’honneur de porter sur cette photo la veste Fila Grain Serré

Peux-tu te présenter?

Je m’appelle Helena, j’ai 33 ans. Je suis née en France mais je suis d’origine sénégalo-guinéenne.

Quel est ton parcours?

J’ai fait des études en relations internationales pour travailler dans la fonction publique internationale mais aujourd’hui je suis chef d’entreprise.

Quelles sont les raisons qui t’ont poussé à vouloir te lancer dans l’entrepreneuriat?

Je n’ai jamais pensé à être entrepreneur. J’ai suivi des études assez prenantes aussi on ne change pas du jour au lendemain. En réalité j’ai créé ma boîte car je voulais vraiment avoir un impact positif auprès des femmes et qu’à force de chercher à comprendre comment fonctionne le marché je savais qu’il y avait de la place pour Mawena.

En quoi consiste ton métier?

Je crée des soins 100 % naturels pour toutes les femmes qui refusent de faire des compromis entre leur santé, leur beauté, leur bien être et la qualité de leur produit.

Que veux-tu apporter aux autres au travers de cette activité? Un impact social existe t-il?

A l’heure de la mondialisation, nous avons tous conscience que ce que l’on consomme ici à Paris a forcément un impact sur quelqu’un d’autre dans le monde. Je pense que l’on peut se faire du bien tout en faisant du bien aux autres. C’est la raison pour laquelle on reverse 2€ pour chaque produit vendu à la coopérative maya.

Quelles sont les difficultés auxquelles tu as fait face et comment les as-tu surmontées?

Je crois que je suis passée par toutes difficultés que vous pouvez imaginer : Comment recruter son 1er salarié, comment licencier son 1er salarié, gérer sa comptabilité, gérer une équipe, galère de fournisseurs, livraison en retard….

As-tu eu des moments de découragements, des regrets ?

Des regrets jamais, je suis trop accroc à ce que je fais pour avoir des regrets en revanche c’est vrai que ce n’est pas facile tous les jours. Il faut s’accrocher car aucun jour ne se ressemble.

Que conseillerais-tu aux femmes qui souhaitent se lancer dans le même secteur d’activité que toi?

D’écouter la petite voix intérieure qui nous parle constamment. Nous avons toutes les réponses en nous. On peut réussir à condition de se faire un peu plus confiance.

Quelle est l’anecdote la plus fun que tu puisses livrer sur la création de ton entreprise? 

J’ai dû mettre fin au contrat d’une stagiaire qui travaillait pour moi depuis 10 jours parce qu’elle pensait qu’après le stage nous nous associerions et qu’elle serait Directrice Adjointe dans la boite. J’aime l’ambition mais clairement je savais que ça ne serait pas possible alors je ne voulais pas lui donner de faux espoir. Et surtout ça ne se passait pas aussi bien qu’elle ne le pensait en 10 jours de travail.

Quelle est ta devise et où te vois-tu dans 5 ans?

Je suis très croyante alors j’aime bien dire : « It’s handled – God »

 Quel message aurais-tu à donner, si tu en as un?

« Entourez vous avant de vous lancer : amis, professionnels, coach…tout ce que vous voulez mais entourez vous. »

Comment as-tu découvert la marque Carry Be et que t’inspire t-elle?  

Je l’ai découverte à travers Carine. C’est très chouette ce qu’elle fait. Je lui souhaite tout plein de succès.